KidSphere.fr "Votre Solution Zen Family"

Garde d'enfant & Aide à Domicile, Rambouillet

MENU

Les crises de colère


Les crises de colère : étape normale du développement chez l’enfant

La crise de colère fait partie du développement normal de l’enfant. Spécifiquement lorsqu’il commence à développer son autonomie, à partir de 18 mois.
Certaines crises peuvent durer quelques minutes, mais d’autres plus longtemps et s’étaler sur des heures…

Certains enfants ont plus tendance que d’autres à faire des crises. Ceci peut être dû à leur tempérament plus affirmatif ou à une tolérance moindre à la frustration.
On observe aussi plus de crises chez des enfants ayant des difficultés à exprimer verbalement leur frustration. La colère se manifestera dans ce cas par des cris et des gestes.

Comprendre les crises

Pour le petit enfant, la crise est souvent la façon de réagir lorsqu’il se sent dépassé par l’intensité de ses émotions, de ses besoins, et qu’il n’arrive pas à les exprimer. (Ce n’est en aucun cas, contre le parent, voire un caprice)

Même pour un enfant qui parle bien, nommer ses émotions et ses sensations est difficile et demande de la pratique et un apprentissage.

La crise survient lorsqu’il :
- N’a pas satisfaction ou subit une contrainte Des crises de colère.
- Est dépassé par un sentiment d’impuissance, de frustration, de colère, d’anxiété ou même de peur ;
- Est fatigué, a faim, est excité ou ne se sent pas bien ;
- Ne réussit pas à faire quelque chose qu’il souhaite accomplir tout seul ;
- Manque de mots pour s’exprimer ;
- A découvert par expérience qu’une crise lui permet d’obtenir ce qu’il désire;
- Souhaite avoir de l’attention, (quand il se sent à l’écart, seul, ou, au contraire, parce qu’il a l’habitude de monopoliser l’attention.

Comment gérer les crises ?

Quelles que soient les raisons de la crise, le parent doit :

1 - Se forcer de garder son calme, (pas facile ni instinctif, mais nécessaire)

Surtout ne criez pas à votre tour, car il criera encore plus fort. Imaginez un enfant avec des émotions en ébullition, totalement dépassé par ce qui lui arrive. Criez ne fera qu’aggraver son mal être et vous risquez de l’effrayer.

La phrase récurrente « arrête de crier Théo » est totalement inefficace. A remplacer par « calme toi Théo »
Si vous êtes énervé passez le relais à un autre adulte présent
Sinon si cela est possible, éloignez-vous un petit moment pour respirer profondément et reprendre vos esprits avant d’aider votre petit.

2 - Essayer d’apaiser et de calmer votre enfant

en nommant son émotion : « Je vois que tu es très en colère Théo », mais n’insistez pas.
Si vous tentez de le raisonner, la crise peut durer plus longtemps. Il n’est probablement pas en état de vous écouter.
L’objectif ici est de lui faire prendre conscience de son émotion et ensuite de l’aider à le surmonter.

3 - Si la crise se passe à la maison :

- Si l’enfant ne vous écoute pas, observez-le de loin et laissez passer la crise sans intervenir, et discutez ensuite.
- S’il frappe une autre personne, jette ou lance des objets, maintenez-le fermement contre vous, de façon à le maîtriser. Il va se débattre un moment puis commencer à se calmer.
- Le contact avec votre corps, va faire secréter l’hormone du bien être (l’ocytocine) qui va contribuer à le calmer. N’hésitez pas à passer doucement (si possible) votre main sur sa tête, dans son dos…
- Attendez qu’il se calme, que la crise soit passée pour discuter avec lui.

4 - Si la crise se passe à l’extérieur

- Ne vous souciez pas de ce que les autres pensent autour de vous
N’oubliez pas que les parents parfaits n’existent pas, et ceux qui vous regardent d’un air accusateur ne sont pas mieux que vous !! regardez- les fixement si possible, et ils détourneront leur regard !
- Concentrez-vous sur la meilleure manière d’affronter la situation
- Mettez vous à son niveau et nommer son émotion « Théo je vois que tu est très en colère », « Calme toi Théo, Respire pour te calmer, calme-toi., tout va bien… »
- Donnez-lui une porte de sortie.
- Se calmer, Respirer, avec votre voix la plus calme possible afin pour lui communiquer votre apaisement. (Pas facile mais sachez que les contraires s’attirent…)
- S’il est réceptif, expliquer lui pourquoi vous n’avez pas céder à son désir, les conséquences pour lui. (Papa n’a pas voulu t’acheter ce chocolat parce…)
- Ne pas hésitez à donner une perspective …. N’oublie pas que tu auras tel et telle autre chose demain, ou cet après midi, donc calme toi, tout va bien.
- S’il se roule par terre, se débat, ou peut être dangereux pour lui même, le maintenir fermement contre soi, idéalement son dos contre vous, pour dégager sa respiration, et lui croiser les bras pour qu’il ne tape pas ou ne se blesse pas)

5 - Quand la crise est finie discutez-en

- Tenez votre enfant contre vous pour l’apaiser et le rassurer.
- Cet accès de colère, qu’il a du mal à contrôler, l’affectent également.
- Aidez-le à nommer ce qui s’est passé, à exprimer son ressenti de la cause de sa colère.
- S’il ne parle pas encore, faites-le pour lui. Par exemple, dites-lui : « Tu voulais absolument ce chocolat toute suite et papa à proposer que tu l’auras l’après- midi et tu t’es mis à crier ».

Proposez-lui une ou deux choses à faire à la place d’une crise.
Par exemple, il peut respirer à quelques reprises comme un papillon quand il sent la colère monter, il prend une grande inspiration en ouvrant les bras comme un papillon et expirer en refermant « ses ailes » sur son cœur.
Il peut aussi dire qu’il est fâché avec des mots ou dessiner sa colère.

Prévenir les crises

Sachez qu’aucun parent ne peut empêcher toutes les crises de colère de son enfant. Vous pouvez toutefois aider votre enfant à en réduire les fréquences de ses crises.

Répondre à ses besoins de base

Respectez une routine stable pour les repas, les collations et le sommeil.
Évitez que votre enfant soit trop fatigué ou affamé.
Si votre enfant commence à manifester de l’agitation, tentez de voir s’il est fatigué, s’il a faim, s’il manque d’espace pour jouer, etc.
Si vous savez que vous vous rendez à un endroit qu’il trouvera ennuyeux, pensez à emporter des choses qui pourront l’occuper.
Expliquer clairement les règles avant les sorties en public ou avant d’aller dans un magasin.
Prévenez-le de ce qui l’attend. Si vous allez dans un magasin de jouets pour acheter le cadeau d’anniversaire de son copain, dites-lui d’avance qu’aujourd’hui vous ne pourrez lui acheter quelque chose, mais qu’il participera au choix du cadeau.
Placez les objets qu’il ne doit pas toucher hors de sa portée et de son champ de vision
Détournez son attention lorsque vous sentez sa colère monter ou amenez-le dans une autre pièce.
Donnez-lui des responsabilités ; lorsque son cerveau se concentre sur une tâche, votre enfant risque moins de faire une crise.
Encourager d’autres façons d’exprimer sa frustration.
Aidez votre enfant à exprimer ses sentiments par des mots et à vous dire comment il se sent. En l’encourageant à parler de ce qu’il ressent, vous pouvez l’aider à mieux contrôler ses émotions et à ne pas se laisser dépasser par celles-ci.
Faites preuve de patience et essayez de montrer l’exemple car il est difficile d’exiger qu’il cesse ses colères si vous vous emportez régulièrement.
Si vous faites des efforts pour maîtriser votre colère et votre frustration, il aura tendance à faire de même.
Quand quelque chose vous dérange, par exemple : « Je suis déçue que Pauline ait annulée notre programme, mais je vais aller faire du shopping à la place »
Félicitez votre enfant lorsqu’il réussit à exprimer ses émotions négatives et ses besoins par des mots plutôt que par des crises.

A retenir

Les crises de colère sont une étape normale du développement de l’enfant, qui survient surtout entre 18 et 36 mois.
Lorsque votre enfant fait une crise de colère, tentez de garder votre calme. Vous énerver ne fera qu’envenimer les choses.
Il est impossible d’éviter toutes les crises de colère de votre enfant, mais vous pouvez l’aider à en diminuer la fréquence et l’intensité.
Quand il vous frappe et hurle en public, même si vous ne cédez qu’une ou deux fois, vous lui apprenez que ses accès de colère sont un moyen efficace d’obtenir ce qu’il veut.
Rappelez-vous que c’est important de ne pas céder quand il fait une colère, même si c’est très tentant de lui donner ce qu’il veut.

Éduquer sans Crier


Éduquer sans crier :

Facile à dire qu’à faire, répondrez-vous sans doute avec raison !! Tous les parents conviendront que, crier les vide de leur énergie ;

Après avoir crié sur son enfant, l’on ressent généralement un sentiment de gêne, voire de culpabilité

Pourquoi crions- nous sur nos enfants ?

Peut- être que nos que nos parents criaient sur nous, et qu’à notre tour, nous répétons instinctivement ce que nous avons vécu ;

- Nous crions parce que c’est la solution de facilité à notre portée.

- Crier est un moyen de se libérer de la colère, d’expulser une énergie, une tension que crée en nous le stress ou l’agacement.

En effet lorsque nous nous mettons en colère, votre corps produit du cortisol et devient tendu.

Notre humeur, notre niveau d’énergie, notre journée de travail et l’accumulation de petits stress  influencent grandement nos réactions envers votre enfant. Pour cette raison, prenons le temps de comprendre nos réactions. Cette réflexion nous permet de chercher des moyens pour travailler sur le réel problème et ainsi diminuer les risques.

Crier est-il efficace ?

Crier peut donner des résultats à court terme, mais l’enfant obéit plus par peur ou  par effet de surprise, occasionnée par le cri que par adhésion. il recommence souvent la même bêtise quelques heures ou jours plus tard.

Les Effets possibles sur l'enfant :

1 - S'emporter régulièrement contre son enfant peut être aussi nuisible que de le frapper, car celà a des conséquences sur sa confiance en lui et son estime personnel.

2 - Les cris, les insultes et les menaces sont considérés comme une forme de violence verbale et psychologique qui a un effet négatif sur le sentiment de sécurité que l’enfant peut ressentir en présence de ses parents.

3 - Cette insécurité pourrait faire grandir en lui des peurs et des craintes qui auraient des conséquences directes sur d’autres aspects de sa vie.

Comment garder le contrôle?

Quand vous sentez la colère monter en vous, plutôt que d’exploser devant votre enfant, vous pourriez vous éloigner un instant et poser des gestes qui feront baisser la pression.

En plus de vous calmer, vous montrez à votre enfant qu’il y a des façons saines de gérer la colère.


Voici quelques astuces pour vous aider à garder le contrôle et à vous détendre :

Quand vous êtes en colère, n’oubliez pas que la sécurité de votre enfant est primordiale

Si vous devez vous éloigner pour vous calmer, assurez-vous de le laisser à quelqu’un de confiance.

·Modifiez votre  dialogue intérieur : Remplacez « Je n’y arriverai pas », par : « Je vais me calmer avant de réagir. »

·       Comptez jusqu’à 10, respirez profondément ou buvez un verre d’eau.

·       Rappelez-vous un moment de bonheur ou de tendresse vécu avec votre enfant.

Ce souvenir libère dans votre cerveau de la dopamine et de l’ocytocine, des hormones de bien-être qui vous calmeront. Donner un câlin à votre tout-petit produit le même effet.

·       Changez-vous les idées, en écoutant par exemple, de la musique

·       Changez de pièce ou sortez quelques minutes, mais assurez-vous avant que votre enfants est en sécurité.

·       Bouger est un moyen efficace. Vous pouvez par exemple courir sur place, sauter ou danser.

·       Téléphonez à votre partenaire, à un ami ;

·       Écrivez au sujet de ce qui vous a mis en colère.Vous pouvez aussi dire à votre enfant que vous êtes en colère et lui expliquer ce que vous comptez faire pour vous calmer. Par exemple : « Ouf, je sens une boule de colère qui monte en moi, je vais compter jusqu’à 10 pour me calmer. » Lorsque vous dites à votre enfant ce que vous ressentez, il apprend comment reconnaître et nommer ses émotions.

·       Efforcez- vous de baisser le ton quand vous lui parlez, adoptez cela comme un principe. Surtout, évitez les gestes violents ou de  taper du poing sur quelque chose, car cela ferait peur à votre enfant et alimenterait votre colère au lieu de vous calmer.

Trucs & Astuces

Lorsque vous sentez la colère monter, vous pouvez joindre vos mains devant votre poitrine, prendre de grandes inspirations et presser vos mains l’une contre l’autre à chaque expiration.

Vous pouvez aussi appuyer vos mains sur un mur et, à chaque expiration, pousser fortement dessus.

Après 1 ou 2 minutes, vous devriez vous sentir moins tendu et prêt à interagir plus calmement avec votre enfant.

-En rentrant à la maison le soir, vous pourriez prendre 5 minutes pour vous faire un gros câlin familial. Ce moment vous ramènera dans l’instant présent, vous apaisera e vous donnera l’énergie nécessaire pour poursuivre le reste de la soirée    



Rejoignez-nous sur :



KidSphere est à votre service :
Par téléphone au : 09 53 91 71 93 du lundi au vendredi de 9H00 à 18H00,
Par courrier à l'adresse : 19 Bis rue de l’étang d'or, 78120 Rambouillet,
Ou par le formulaire de Contact

Besoin d'info utiles ?

Blog et actualités

La chaîne vidéo

Vidéos